Plan de soutien à l'automobile pour une industrie verte et compétitive

 
 

Retrouvez le dossier de presse du 26 mai 2020 :

> Dossier de presse du 26 mai 2020 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,07 Mb

La crise sanitaire liée au COVID-19 a porté un coup d’arrêt massif et brutal à l’ensemble de la filière automobile française. L’approvisionnement s’est raréfié, parfois stoppé, les usines se sont arrêtées et les concessions ont fermé. En avril, le secteur a connu une baisse moyenne d’activité de plus 80%. A cela s’ajoute une chute du même ordre pour les ventes d’automobiles. C’est une situation, à l’image de la crise, totalement inédite pour un secteur qui représente près de 18 % du chiffre d’affaires de l’industrie française.

La reprise sera longue : les prévisions actuelles du marché automobile font état d’une baisse du marché en 2020 d’au moins 20% au plan mondial et potentiellement de 30% en Europe. Ces chocs auront des conséquences majeures.

Parallèlement, la filière automobile fait face à deux révolutions technologiques les plus importantes depuis l’invention du moteur à explosion, celle de la motorisation électrique et du guidage autonome. Il s’agit là d’un changement radical des modèles automobiles et de l’usage du véhicule. La France qui fut historiquement un des pays inventeurs de l’automobile au 19ème siècle, un des leaders industriels du 20ème siècle, doit réussir ces révolutions environnementale et numérique et nous devons mettre tous les moyens pour y parvenir.

Depuis 3 ans, nous avons anticipé ces grandes mutations et les difficultés qui les accompagnaient en signant un contrat de filière ambitieux dès 2018 ou plus récemment, en lançant un plan d’accompagnement des sous-traitants automobiles, en soutenant la construction de nouvelles chaînes de production de véhicules propres et en apportant des garanties pour permettre aux sous-traitants d’accéder au financement pour renouveler leur appareil productif.

Compte tenu de la crise actuelle, ce soutien doit être massivement amplifié et nous ferons tout pour soutenir cette filière automobile française si critique pour nos emplois et notre économie.
Nous agirons dans trois directions avec un seul objectif : produire en France les véhicules propres de demain pour rester une grande nation de l’automobile.