A - Caractéristiques physiques du département

3 - Le climat

 
 
La Manche bénéficie d'un climat océanique mais empreint de nuances essentiellement dues à la situation géographique du département qui s’avance dans la mer et aux inégalités du relief.

Les pluies fréquentes (de 120 à 160 jours de précipitations) ne sont négligeables en aucune saison. En automne et en hiver elles sont plus abondantes, en liaison avec les perturbations venant de l'océan Atlantique. Rarement intenses elles tombent souvent sous forme de bruine (crachin). La disparité des cumuls annuels de précipitations est due au relief et à l’exposition. De 700 à 900 mm sur la frange côtière, les cumuls augmentent rapidement en rentrant dans les terres : proches de 1 100 mm dans le centre du Cotentin, et jusqu’à 1 300 mm sur les collines du sud du département.

mci_1a3b
mci_1a3c
mci_1a3d

La douceur de la température est une autre caractéristique du climat manchois. Les hivers sont plutôt cléments (températures minimales moyennes comprises entre 1 et 5 degrés) et les étés plutôt frais (températures maximales moyennes de 19 à 24 degrés). La mer joue ici un rôle de régulateur thermique.

Son influence se fait sentir dans les terres tout particulièrement sur les premiers kilomètres, puis elle s'atténue dans le bocage intérieur sous l'effet du relief et de la distance à la côte.

Dans cette amiance maritime, l'amplitude thermique moyenne est faible: 6 à 7° dans l'intérieur en hiver et 5 à 7° sur les côtes, 11 à 12° sur le Saint-Lois et le Mortainais en été.

Le nombre de jours de gel est très faible sur le littoral (6 jours par an en moyenne), mais croît significativement dans les terres du Saint-Lois et du Mortainais (plus de 40 jours).

Le nombre de jours chauds (avec une température supérieure à 25°) augmente lui aussi avec l'éloignement de la mer : 1 à 35 jours de la côte Nord du Cotentin vers l'intérieur des terres.

Le vent est un élément remarquable dans le département, par sa vitesse et par sa direction. De forts coups de vent ou tempêtes sévissent tous les ans. D’une  part, le territoire est situé sur la trajectoire des perturbations et d'autre part, ses trois façades maritimes offrent toujours au vent une ou deux côtes exposées.

Les brises de mer estivales provoquent une baisse sensible de la température sur les côtes. Un écart de 10° n'est pas rare entre l'intérieur des terres et la côte. Le 5 août 2003, alors que le département étouffait par 39° à Pontorson ou Condé-sur-Vire et 38° à Coutances, les stations de Gatteville-le-Phare et Auderville affichaient des maxima à 23° et 23,9°. La côte, enveloppée d'une épaisse brume côtière, échappait à la canicule.

Les records : les événements climatiques extrêmes sont par définition rares mais mémorables (station de Condé-sur-Vire) :

Source : MÉTÉO France (profil - Service Expertise Territoriale, Risques et Sécurité de la DDTMdirection départementale des territoires de la mer de la Manche – Unité Veille Études et Prospective)